4,9/5 sur 180 avis

Votre bilan de compétences non-conventionnel Spécialisé pour les femmes et profils atypiques                             Finançable CPF                             

Places limitées !

 4,9/5 sur 165 avis

Votre bilan de compétences 
non-conventionnel
Spécialisé pour les femmes 
et profils atypiques
Finançable CPF

Rester ou partir, comment faire le bon choix ?

Rester ou partir, vous ne savez pas quoi choisir ?

Cette situation au travail ne peut plus durer, elle vous fait du mal, mais vous n’arrivez pas à prendre la décision de partir. D’ailleurs, il y a des jours où vous êtes convaincu·e que c’est le moment de démissionner, et d’autres jours où ça vous parait être une très mauvaise idée. 

Entre persévérer et fuir, votre coeur balance. Alors comment savoir si vous devez rester ou partir ?

Rester pour donner une nouvelle chance

Partir d’une entreprise, ce n’est jamais facile et, dans de nombreux cas, ça demande beaucoup de courage. Alors on a tendance à serrer les dents et se dire que rester, ce n’est pas une si mauvaise solution. 

En effet, ça peut être la bonne solution si vous y croyez encore et que vous avez de bonnes raisons d’y croire. Votre manager vous a par exemple parlé de la mise en place d’un nouveau fonctionnement à venir qui devrait améliorer vos conditions de travail, ou alors, d’un nouveau projet qui vous donnera l’opportunité de monter en compétences. 

Peut-être que vous avez aussi besoin de plus de temps pour réfléchir à un projet de reconversion ou d’entrepreneuriat, ou que vous avez besoin de rester dans un certain confort financier pour un projet personnel (achat immobilier, enfant, etc.). Dans ce cas, c’est aussi une bonne solution, mais dans tous les cas, la décision de rester doit être alignée avec vos intérêts.

Car oui, rester pour faire plaisir à son boss et ses collègues, ou rester par culpabilité, ce sont des mauvaises raisons.

Partir pour tourner la page

Parfois, on ne peut juste pas continuer et le besoin de quitter son travail est trop grand. Si vous avez la douloureuse impression d’abandonner, de laisser les autres se débrouiller sans vous et que vous culpabilisez en y pensant, rappelez-vous que ce n’est pas parce que vous décidez de partir que votre démission est un échec. 

Dans de nombreux cas, fuir est la meilleure solution. Notamment si vous en avez conclu que ça vous fait plus de mal que de bien de rester. Que vous perdez trop d’énergie en continuant dans ce quotidien. Que vous vous épuisez et perdez confiance en vous au fur et à mesure que les jours passent. Dans ce cas, rester revient à creuser votre tombe et à repousser la résolution du problème. Partir est alors une sage décision.

Certains problèmes sont insolubles et chercher à les régler vous épuise plus qu’autre chose. Préserver votre énergie et votre santé est important et doit rentrer dans l’équation.

Si votre coeur balance entre les deux

Vous avez des raisons de rester, mais aussi des raisons de partir. Alors, que faire ?

Déjà, donnez-vous une date limite. Si vous hésitez entre rester ou partir, c’est que vous n’êtes pas dans le confort ni dans le bien-être. Cette situation ne doit pas durer éternellement. Alors donnez-vous une date dans le futur à laquelle vous ferez le point. 3 mois, 6 mois, mais pas plus ! Vous réévaluerez la situation à cette date et pourrez comparer l’évolution entre les deux échéances. 

Si une fois passé cette date, vous avez encore du mal à prendre une décision par vous-même, c’est le bon moment pour vous faire accompagner et demander l’avis d’un·e thérapeute ou d’un·e consultant·e en bilan de compétences. Il est difficile d’analyser la situation de façon neutre soi-même, donc intégrer l’avis d’un·e professionnel·le vous aidera à y voir plus clair.

Rejoignez les 30000 inscrites à notre newsletter

Recevez des outils et conseils pour reprendre le pouvoir sur votre vie professionnelle tous les mardis à 10h !

Vous vous sentez perdu·e au travail ?

Discutez de votre situation avec nous et faites-vous conseiller !
Cette session de 30 minutes est offerte et sans engagement.