Comment devenir fleuriste en faisant une reconversion professionnelle ?

Le métier de fleuriste est sûrement le métier de commerçant qui a le plus la côte en ce moment. En contact direct avec la nature et la clientèle, c’est un métier créatif qui peut s’exercer partout en France. 

La·le fleuriste est à la fois un·e artiste qui s’exprime à travers ses compositions florales et un·e responsable d’un point de vente. Il·elle aura alors besoin de compétences créatives et de gestion commerciale. 

Comme Marie, beaucoup choisissent de devenir fleuriste après une reconversion professionnelle pour se mettre à leur compte et sortir du salariat : 75% des fleuristes sont des indépendants. 

Alors, comment devenir fleuriste dans le cadre d’une reconversion professionnelle ?

Comment devenir fleuriste en faisant une reconversion professionnelle ?

Quelle formation pour devenir fleuriste avec une reconversion ?

Les formations certifiantes ou les CAP fleuriste, accessibles à n’importe quel niveau d’étude et à tout âge vous permettront d’apprendre l’art floral, comment faire des compositions, la préparation et l’entretien de végétaux, les techniques de vente, la gestion des stocks, etc.

Pour choisir votre formation de fleuriste à réaliser dans le contexte d’une reconversion professionnelle, vous avez le choix ! 

Vous trouverez des organismes qui vous préparent au CAP fleuriste et d’autres formations certifiantes plus courtes. Voici les différences entre les deux :

  • Le CAP Fleuriste : le CAP est un diplôme d’Etat. Les examens du CAP se préparent en général sur une durée de 9 mois à 2 ans et la préparation peut se réaliser à distance. Notamment avec le CNED, Youschool, ou encore Ecole de pro. Si vous avez le BAC ou un diplôme équivalent, vous serez dispensé·e des enseignements de base du CAP, réduisant la durée de préparation à moins d’un an.

     

  • Les formations certifiantes : ces formations sont généralement beaucoup plus courtes, avec une durée allant de 4 semaines à 3 mois. Vous aurez le choix entre celle de l’école française, ou encore celle de ifsa & nature
 

Toutes ces formations peuvent se réaliser à distance, avec des cours souvent aménagés pour que des personnes avec un poste à temps plein puissent les suivre.

Après l’obtention de votre certification ou de votre CAP, vous pourrez compléter vos compétences avec un BP (brevet professionnel) ou un BTM (brevet technique des métiers) permettant d’acquérir les compétences concernant la gestion d’une boutique ou d’un établissement. 

Débouchés et évolution de carrière

Une grande partie des fleuristes exercent à leur compte et ouvrent leur propre boutique, mais d’autres choisissent d’être salarié·e·s pour des structures déjà établies. Cela peut être des boutiques de fleuristes ou alors des jardineries, grandes surfaces, pépinières ou encore points de vente spécialisés. 

Voici quelques possibilités d’évolution :

  • se mettre à son compte
  • devenir responsable de rayon / responsable d’un point de vente
  • changer d’environnement de travail : jardinerie, grande surface, pépinière, etc.
  • devenir designer floral.

D’autres possibilités s’ouvrent au métier de fleuriste, notamment avoir une boutique entièrement itinérante qui ne les cantonnent pas à un lieu et leur permet de se déplacer sur des marchés.

La·le fleuriste pourra aussi choisir de se spécialiser et de réaliser des compositions pour les professionnels, pour les mariages ou d’héberger des ateliers de groupe.

Évolution salariale

La·le fleuriste débutant·e commencera probablement autour du SMIC. En revanche, le salaire des fleuristes indépendants variera beaucoup en fonction de la popularité de sa boutique, de sa notoriété et de sa clientèle. Son salaire pourra alors grimper jusqu’à 4000 euros brut par mois, voire plus.

Si vous vous posez des questions sur votre reconversion professionnelle, nous sommes là pour répondre à vos questions ! 

Réservez vos 30 minutes de discussion offertes avec nous ici.