3 façons de se reconvertir en toute sécurité

Avis à toutes les Control Freak : il est temps d'apprendre à lâcher prise

Lorsque l’on parle de se reconvertir, la question de la sécurité revient systématiquement.
Difficile en effet de lâcher son confort et une situation stable pour plonger vers l’inconnu – aussi excitant soit-il.

Qu’elle soit financière ou purement professionnelle, la question de la sécurité constitue l’un des plus gros freins quand il s’agit de se reconvertir.
Pourtant, il est possible de se reconvertir en toute sécurité. Aujourd’hui, je vous propose trois solutions à analyser pour pouvoir initier le changement dont votre vie professionnelle a besoin !

Se reconvertir en changeant de secteur ou de métier grâce à une formation

Se reconvertir ne veut pas forcément dire tout changer. Le changement peut être mineur. Il suffit parfois de changer de secteur ou de métier (sans toutefois quitter son entreprise) pour retrouver du sens et se sentir plus épanoui·e.

Si les valeurs et la dynamique de votre entreprise actuelles vous plaisent, peut-être pouvez-vous envisager une mutation en interne. En effet, vous pouvez vous orienter vers un poste différent grâce à une formation. C’est une vraie opportunité que beaucoup oublient ! 

Par exemple, si vous souhaitez vous orienter vers des métiers liés au management, vous pouvez opter pour une formation en coaching. Vous pourrez ensuite mettre en valeur vos nouvelles compétences auprès de votre employeur actuel pour revaloriser votre poste et vos missions. 

Dans ce cas, deux options s’offrent à vous :  

  • Vous vous formez en dehors de vos heures de travail. C’est le scénario le plus répandu. Pour financer votre formation, vous pouvez avoir recours à votre Compte Personnel de Formation (CPF) ou la financer vous en fonds propres.
 
  • Votre entreprise dispose d’une section “carrières”. Elle propose alors de financer votre formation. Dans ce cas, votre formation sera effectuée sur vos heures de travail et vous permettra de monter en compétences en vue d’une mutation en interne. Attention, ce cas de figure est plutôt rare mais ça vaut toujours le coup d’en discuter avec les ressources humaines. 
 

Les avantages ? Vous montez en compétences tout en gardant la sécurité de votre emploi. Pas de baisse de salaire, pas de recherche d’emploi. Si votre entreprise finance votre formation, on peut même dire que vous avez le beurre et l’argent du beurre ! 

Les inconvénients ? Se former en dehors de ses heures de travail est assez chronophage. Cela demande de la détermination et de tenir sur la durée…

Se reconvertir en douceur grâce au side project

Un side project est un projet développé en parallèle de son métier. Il peut prendre plusieurs formes : podcast, newsletter, blog, développement produit… Là encore, pas de perte de salaire ni de stabilité. L’objectif est de commencer à ouvrir de nouvelles pistes professionnelles sans quitter la sécurité de l’emploi.

Le side project est un excellent moyen de tester la viabilité d’un projet. De vous lancer en douceur avant de quitter votre emploi et de voler de vos propres ailes. Beaucoup de personnes que nous avons interviewées sont passées par cette étape avant de se lancer définitivement.

C’est le cas de Marie : pendant neuf mois, elle a concilié son job dans le milieu de l’assurance tout en développant sa marque de cosmétiques bio.

C’est aussi l’option choisie par Marion, de la newsletter Nouvelle Empreinte. Pendant plusieurs mois, sa newsletter écolo n’était qu’un projet mené à bien en parallèle de son poste dans le marketing. 

Sophie est également passée par une phase de side project pour développer son activité de pâtissière tout en travaillant chez Amazon. Je lui ai rendu visite il y a quelques semaines à Marseille ! 

Les avantages ? Le side project vous permet de prendre le temps de tester votre projet sans pression temporelle et financière. Et de rester dans le salariat si votre side project venait à ne pas se développer.

Les inconvénients ? Il vous faudra mener de front deux jobs. Et donc absorber une surcharge de travail. Dans la durée, cela peut être lourd à porter. Le développement d’un side project demande de l’organisation mais surtout de la constance et de la motivation.

Se reconvertir en bénéficiant de ses droits au chômage

Il est possible de se reconvertir tout en touchant le chômage. Vous trouverez tous les critères d’éligibilité directement sur le site de Pôle Emploi. Une démission ne permet pas de toucher le chômage ; il faut avoir été licencié·e ou avoir mis fin à son contrat grâce à une rupture conventionnelle. Les indemnités versées représentent 57% de votre salaire brut de l’année précédente.

Cette solution permet de se consacrer pleinement à sa reconversion tout en ayant des revenus. Se reconvertir tout en bénéficiant de ses allocations chômage permet d’être pleinement disponible : d’un point de vue temps, mais aussi d’être 100% disponible mentalement. C’est une période idéale pour se recentrer sur soi, sur ses besoins et de prendre le temps d’une véritable introspection.
Un temps sans insécurité financière qui vous permet de faire un bilan de compétences, de vous former et/ou de développer une activité en tant qu’indépendant·e.

Les avantages ? Vous cumulez les bénéfices de l’argent et du temps. Et ça, c’est précieux ! 

Les inconvénients ? Il peut être difficile de rester focus et de se fixer des objectifs. Dans ce cas de figure, vous allez devoir créer votre cadre de travail et organiser vos journées pour mener à bien votre reconversion. Cela demande d’être autonome et discipliné·e pour ne pas perdre le temps que vous avez devant vous. Et le mettre à profit pour vous reconvertir ou lancer votre projet ! 

J’espère que ces conseils vous auront aidé·e à entrevoir des solutions. Et si vous êtes déjà passé·e par là, comment avez-vous concilié reconversion et sécurité ? Je suis toujours curieuse de connaître votre parcours et vos astuces !

À lire aussi

Surmonter sa peur de l'insécurité financière

Surmonter sa peur de l’insécurité financière

Abandonner l’idée d’avoir un emploi stable pour réaliser mon rêve de devenir comédienne

Commencer des études de médecine à 27 ans après avoir été cheffe de produit dans le luxe

Ouvrir sa boutique de fleurs après avoir été salariée

Devenir fleuriste tout en étant maman de 3 enfants : l’histoire de ma reconversion professionnelle

Faire une reconversion après 40 ans : comment je suis devenue thérapeute après avoir été assistante de direction

On en discute ?

Votre séance découverte de 30 minutes est gratuite et sans engagement !

Et si vous tentiez 
l’auto-coaching ?

Recevez des outils d’auto-coaching 
tous les mardis à 10h !