Harcèlement au travail : quels signes doivent vous alerter ?

Longtemps tabou, le sujet du harcèlement au travail est aujourd’hui considéré comme un vrai problème de société.
En commençant la rédaction de cette newsletter, j’ai été frappée par les chiffres : selon un sondage Ipsos, 30%  de la population française active déclare avoir été victime de harcèlement au travail. C’est énorme.

Surtout lorsque l’on connaît les répercussions que peut avoir le harcèlement moral : perte de confiance, isolement, dégradation de la santé mentale et physique, burnout… 

Alors, comment identifier le harcèlement au travail ? Et si vous étiez concerné·e ? Quels signes doivent vous alerter ? Voici quelques clés pour mieux comprendre le harcèlement, moral ou sexuel, au travail.

Harcèlement au travail : quels signes doivent vous alerter

C'est quoi exactement le harcèlement au travail ?

À quel moment une phrase, une remarque ou une attitude relève du harcèlement moral ? Il faut l’avouer, les limites sont floues. 

Pour nous aider à y voir plus clair, voici ce que dit la loi dans l’article 222-33-2 du code pénal : “Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.” 

Le harcèlement moral constitue un délit. Les harceleurs risquent gros : du licenciement pour faute grave, les peines peuvent aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement ou 30 000 euros d’amende. 

Harcèlement au travail : les signes qui doivent vous faire réagir

Les premiers signes de harcèlement passent souvent inaperçus. Dans la plupart des cas, la victime va se remettre en question et minimiser les faits. Votre manager critique votre travail en plein open-space ? Vous vous dites que vous auriez pu mieux faire… Les textos en dehors des heures de travail se multiplient ? Ce n’est pas bien grave…

Pourtant, ce sont bien là des signes de harcèlement.

Afin de ne pas glisser vers une situation incontrôlable, voici quelques signes qui doivent vous alerter : 

  • Vous subissez des humiliations publiques et des critiques sur votre travail et/ou votre personnalité.
  • On a tendance à vous intimider.
  • Votre hiérarchie ou vos collègues vous mettent à l’écart.
  • Vous recevez souvent des mails ou textos en dehors de vos horaires de travail.
  • On vous ignore et ne vous confie plus aucune mission.


Les femmes sont particulièrement touchées par le harcèlement au travail. Tout d’abord parce qu’elles sont plus sujettes au manque de confiance en elles, mais aussi parce qu’elles sont exposées au harcèlement sexuel.

Depuis mars 2022, une nouvelle définition du harcèlement sexuel vient compléter la définition initiale : “ Désormais, les propos et agissements à connotation sexiste peuvent caractériser des faits de harcèlement sexuel. Ce seront par exemple des remarques et blagues sexistes, ne pas donner ou couper la parole d’un collègue en raison de son sexe, appeler une femme « ma jolie » ou « ma mignonne ».

Harcèlement au travail : quels signes doivent vous alerter

Si vous êtes en situation de harcèlement moral au travail, voici vos marges de manoeuvre

Vous êtes victime de harcèlement sur votre lieu de travail ? Voici quelques conseils pour vous sortir de cette situation :

 

  • (Re)posez vos limites. Renverser la situation et reprendre le pouvoir pour poser vos limites  n’est jamais facile. C’est pourtant une étape importante pour qu’on arrête de vous manquer de respect ou que l’on empiète sur votre temps personnel.

  • Si la situation est déjà bien installée ou que vous vous sentez trop vulnérable pour passer à l’action seul·e, n’hésitez pas à faire appel à votre service RH. Vous pourrez leur exposer la situation et trouver des solutions. Votre service RH est là pour vous protéger de relations toxiques et pour vous aider à retrouver un environnement de travail bienveillant.

 

  • Si vous commencez à identifier des symptômes de stress marqués (anxiété, troubles du sommeil, hypertension artérielle…) ainsi que des symptômes physiques, vous pouvez prendre rendez-vous avec la médecine du travail pour faire le point sur votre situation. 

Enfin, si votre situation vous pèse au point de quitter votre job et que vous avez besoin d’imaginer une porte de sortie, pensez à faire un bilan de compétences pour retrouver confiance en vous et vous réinventer.