Épuisement, ras-le-bol, mal-être : quand demander un arrêt maladie ?

Notre enquête sur les femmes et le monde du travail réalisée il y a quelques mois sur plus de 1000 participantes, révélait que 32% d’entre nous a déjà été en arrêt maladie au cours de notre vie professionnelle. 

Pourtant, la question de l’arrêt maladie est souvent taboue : on ne veut pas se montrer vulnérable et il est donc difficile d’aborder le sujet avec ses collègues ou ses proches. 

Alors, quels sont les signes qui doivent vous pousser à consulter un médecin et envisager l’arrêt maladie ? Aujourd’hui, je vous donne des clés pour prendre votre décision face à une situation qui pourrait être délicate.

femme_bureau_épuisement_ras-le-bol_mal-être_quand demander un arrêt maladie

Arrêt maladie : identifier les raisons de votre mal-être

À travers mes derniers articles, j’ai brossé un premier portrait des maladies professionnelles, notamment le brown out, le bore out et le burn out. Si beaucoup d’entre elles occasionnent une remise en question, elles ne donnent pas toujours lieu à un arrêt maladie.

Ainsi, pour vous aider à mieux comprendre si votre mal-être justifie un arrêt maladie, voici quelques questions à vous poser : Avez-vous mal quelque part ? Observez-vous des symptômes physiques tels que des acouphènes, une fatigue chronique, des migraines etc. ? Vous sentez-vous épuisé·e moralement ? Vidé·e de votre énergie ?

Si vous pensez que votre situation au travail a un réel impact sur votre santé, alors l’arrêt maladie devient une éventualité. En revanche, si votre mal-être découle de l’ennui ou d’une perte de sens, il existe d’autres solutions pour changer de situation professionnelle et retrouver du sens dans votre travail. Par exemple, envisager une reconversion, changer de secteur ou d’entreprise, vous lancer dans une activité de type side project

Attention à ne pas minimiser les symptômes physiques

Très souvent, l’arrêt maladie intervient lorsque la situation est devenue critique.

Pourquoi ? Car nous sommes nombreux·ses à minimiser nos symptômes et à étouffer les signaux d’alertes sous des phrases telles que “ça va aller”, “ça va s’arranger” ou encore “c’est pas grave”.

La minimisation des symptômes peut être liée à plusieurs facteurs, notamment le syndrome du sauveur qui nous pousse à penser que l’on est indispensable ; un arrêt maladie reviendrait donc à abandonner son équipe. 

L’arrêt maladie est alors vécu comme un aveu de faiblesse. En effet, le syndrome du sauveur peut vous pousser à agir comme une wonder woman et tout mener de front sans broncher. 

Rappelez-vous que les symptômes peuvent être mis en sourdine pendant un temps mais qu’à terme, le corps et l’esprit finissent toujours par lâcher. Comme cela a été le cas pour Estelle ou encore Anne, les maux physiques sont souvent des signes avant-coureurs d’un burnout. 

Ainsi, pour vous aider à faire le point, voici quelques questions importantes à vous poser : Si vous aviez le droit de vous montrer vulnérable, feriez-vous une pause ? Si vous ne vous sentiez pas indispensable, vous autoriseriez-vous à dire stop ? Si vous n’aviez pas peur de perdre votre travail, seriez-vous d’accord avec le fait de moins délivrer ? 

femme_épuisement_ras-le-bol_mal-être_quand demander un arrêt maladie

Une fois en arrêt maladie, qu'est-ce qu'on fait ?

Si vous êtes en arrêt maladie, voici quelques conseils pour utiliser ce temps de pause de la meilleure manière possible : 

  • vous faire accompagner par un·e coach ou un·e psychologue. Un regard neutre vous aidera à poser des mots sur votre situation et à faire le premier pas vers un renouveau. Cela vous aidera aussi à sortir d’éventuels schémas d’auto-sabotage.
  • faire le point sur votre vie professionnelle : de quoi avez-vous envie pour votre travail ? Quels sont vos besoins ? Où se trouve votre équilibre vie pro-vie perso ?
  • envisager la suite : négocier une rupture conventionnelle, vous lancer dans une reconversion…


En effet, ce moment d’arrêt peut réellement vous permettre de faire le point sur le vrai problème. De prendre du recul, d’analyser votre situation professionnelle, de repartir sur de bonnes bases et d’apprendre à poser vos limites. Vous pouvez voir l’arrêt maladie comme l’occasion de prendre un nouveau départ. Dans tous les cas, ce n’est pas une solution viable sur le long terme. Un arrêt maladie prolongé (même s’il est parfois indispensable pour se reconstruire) ne ferait que repousser le problème sous-jacent. 

Ainsi, si vous êtes en arrêt maladie, voici quelques questions qui vous aideront à y voir plus clair : Maintenant que vous ne pensez plus au travail, qu’est-ce qui vous fait envie ? Qu’est-ce-qui vous fait rêver ? Dans votre comportement, à quel moment vous êtes-vous laissé·e dépasser ? Quelles limites auriez-vous pu poser pour ne pas vous laisser envahir ? Qu’est-ce que vous identifiez comme “toxique” dans votre environnement de travail ?

On en discute ?

Votre séance découverte de 30 minutes est gratuite et sans engagement !

bilan de compétence et coaching séance découverte
réserver une séance offerte
Je réserve
Je réserve

Et si vous tentiez 
l’auto-coaching ?

Recevez des outils d’auto-coaching 
tous les mardis à 10h !