Salaire : êtes-vous bien payée ?

salaire_êtes_vous_bien_payée_2

Dès qu’on entre dans la vie active, on a tendance à comparer son salaire avec celui de notre entourage, à l’aide de grilles officielles, avec des personnes au même poste dans d’autres entreprises, d’autres villes… 

La question du salaire est si importante qu’elle en devient parfois décisive. C’est souvent un élément déclencheur pour démissionner ou accepter un nouveau boulot. Mais le salaire est-il une raison suffisante pour accepter ou quitter un boulot ? Finalement, y a-t-il une bonne réponse à : “Suis-je bien ou mal payé·e ?”

Aujourd’hui, je vous aide à faire le tri parmi tous ces points de comparaison et à poser un nouveau regard sur cette variable qui est au centre de nos réflexions. 

salaire_êtes_vous_bien_payee

Si vous pensez être mal payée

Le salaire est la base du système sur lequel repose le monde du travail. Ainsi, on pense qu’en travaillant bien, on obtiendra une augmentation. Comme les bons points à l’école, l’augmentation est vue comme une récompense systématique. Si on ne l’obtient pas, on a l’impression d’être puni·e et de ne pas avoir réussi à prouver notre valeur. 

Cette pensée est également liée à la notion de performance. On envisage la carrière et le salaire de manière linéaire, augmentant au fil des années et de l’expérience acquise. Dans ce système, une augmentation vient prouver votre mérite, votre valeur. Au-delà de couvrir des besoins vitaux, le salaire est un moyen de répondre aux attentes sociales. De se placer sur l’échelle de la réussite. C’est l’ego qui parle ! 

Si vous pensez que vous êtes mal payé·e, cela peut également cacher des frustrations plus grandes, liées à la reconnaissance de manière globale. En revendiquant une augmentation, vous pouvez exprimer deux choses : 

  • la sensation de ne pas être rémunéré·e à votre juste valeur et donc une inadéquation entre votre salaire et vos missions

  • le besoin d’avoir une compensation financière pour une pénibilité des tâches
     

Dans le premier cas, vous pouvez débloquer la situation en demandant une réévaluation de votre salaire au regard de vos responsabilités. Dans le deuxième cas, on touche à la question du sens. Si vous trouvez vos missions pénibles, et que vous estimez avoir besoin d’une compensation plus élevée pour ce que vous faites au quotidien, il est possible que ce soit un indicateur de mal-être au travail. Posez-vous les questions suivantes : Est-ce que ce que vous faites au quotidien vous anime ? Y trouvez-vous du sens ? Est-ce que vous êtes satisfait·e ou fièr·e de vous à la fin de la journée ?

Si vous pensez être bien payée

Si vous êtes satisfait·e de votre rémunération et que vous vous sentez épanoui·e dans votre vie professionnelle, alors bingo ! En revanche, si votre rémunération vous empêche de quitter votre boulot pour un autre moins bien payé où vous trouveriez pourtant plus de sens, cela peut poser problème. 

En effet, dans ce cas de figure, votre salaire devient un frein pour vous réinventer professionnellement. Car en vous accordant un confort de vie, votre rémunération vous enchaîne à un métier qui ne vous épanouit pas. Cela peut être les prémices d’un bore out, autrement dit une perte de sens considérable pouvant mener au burn out.

Afin d’y voir plus clair, il est important de vous interroger sur le prix à payer pour assurer ce salaire élevé : combien d’heures par semaine travaillez-vous ? Qu’est-ce que votre métier vous demande en termes de temps et d’énergie ? Est-ce qu’il vous permet d’avoir une vie personnelle épanouie ? En ramenant votre salaire au taux horaire, êtes-vous toujours bien payé·e ? Au regard de tous ces éléments, êtes-vous toujours gagnant·e dans l’équation ?

Un salaire “confortable” cache souvent de nombreux sacrifices qu’il faut considérer dans la balance. C’est pour cette raison qu’accepter de réduire son salaire et son niveau de vie est parfois libérateur, comme cela l’a été pour Pauline.

La question de la sécurité financière est le premier frein à la reconversion. En effet, on a souvent peur de perdre en qualité de vie, de ne plus pouvoir subvenir à ses besoins. C’est un blocage sur lequel nous travaillons en priorité au sein de nos accompagnements. Mais rassurez-vous, dépasser cette peur financière est totalement possible !

Finalement, ça ressemble à quoi un bon salaire ?

Selon moi, un bon salaire doit : 

  • vous permettre de subvenir à vos besoins réels : avoir un toit, manger à votre faim, pouvoir vous habiller… J’observe parmi les femmes que nous accompagnons que nous avons tous·tes tendance à surévaluer nos besoins. Mais quand on se penche sur la question, on se rend souvent compte qu’on peut se délester de dépenses non indispensables et suivre une voie professionnelle plus épanouissante.

  • être détaché de votre valeur personnelle. Votre salaire ne la définit en aucun cas. Vous pouvez trouver des moyens de développer votre valeur ou votre estime de vous-même à travers le sens que vous donnez à vos missions, vos loisirs personnels ou toute autre activité qui vous nourrit intérieurement. 
     

En redonnant au salaire sa juste fonction, vous pourrez alors dissocier votre valeur personnelle de tout élément financier. Et trouver ainsi la reconnaissance en vous-même, pour vous-même. En effet, votre estime de vous passe par le regard bienveillant que vous posez sur vous, vos actions, vos engagements, votre évolution personnelle. À l’inverse, la reconnaissance à travers la récompense financière est souvent une quête sans fin. 

Enfin, en remettant le sens et vos besoins au cœur de votre métier, vous vous rendrez compte qu’il y a des choses bien plus importantes que les chiffres inscrits sur votre fiche de paie. Tout simplement parce que vous serez nourri·e, épanoui·e autrement que par un salaire.

À lire aussi

Comment j’ai quitté mon CDI à la banque pour devenir photographe indépendante : l’histoire de ma reconversion

Surmonter sa peur de l'insécurité financière

Surmonter sa peur de l’insécurité financière

Avis à toutes les Control Freak : il est temps d'apprendre à lâcher prise

3 façons de se reconvertir en toute sécurité

5 livres pour augmenter son estime de soi

5 livres pour augmenter son estime de soi

Avis à toutes les Control Freak : il est temps d'apprendre à lâcher prise

Avis à toutes les Control Freak : il est temps d’apprendre à lâcher prise

On en discute ?

Votre séance découverte de 30 minutes est gratuite et sans engagement !

Et si vous tentiez 
l’auto-coaching ?

Recevez des outils d’auto-coaching 
tous les mardis à 10h !